Le voyage en avion devient de plus en plus responsable

Le voyage en avion devient de plus en plus responsable

Quelques années auparavant, la tendance du “Flyskam” est née en Suède. Elle a ensuite pris de l’ampleur en Europe avant de s’internationaliser. Le secteur aérien est souvent dénoncé pour ses émissions de gaz à effet de serre.  C’est pourquoi il ne cesse de se monopoliser afin de s’adapter aux nouveaux enjeux écologiques.

L’Europe pourrait imposer une part de carburant propre aux compagnies aériennes

Les initiatives des transporteurs visant à verdir leur activité se multiplient. Cependant, l’urgence est au développement des filières dédiées à la production de carburants durables. Les ministres des Transports de la France, du Danemark, de la Finlande, l’Allemagne, Luxembourg, les Pays-Bas, l’Espagne et de la Suède ont demandé à la Commission européenne d’encourager l’utilisation des « sustainable aviation fuel » (SAF). Le SAF est composé également de kérosène traditionnel. Cela stimulerait l’investissement dans les carburants verts, augmenterait l’offre et ferait baisser les prix, selon les ministres. Ces SAF sont conçus à partir de matières premières d’origine biologique. 

Air France – KLM

La plupart des compagnies aériennes sont déjà engagées dans le soutien de la filière, conscientes que ces SAF fonctionnent très bien avec les moteurs actuels mais coûtent encore beaucoup plus cher que les carburants traditionnels. 

KLM a récemment opéré entre Amsterdam et Madrid, le premier vol passager au monde alimenté en partie par du kérosène synthétique. Il a été produit par Shell dans son centre de recherche d’Amsterdam. 

British Airways

British Airways vient pour sa part d’annoncer un partenariat avec une start-up américaine LanzaJet afin de faire voler dès 2022 certains des appareils avec du carburant produit à partir d’éthanol (déchets agricoles). 

Boeing

Les constructeurs sont eux aussi de plus en plus engagés. Boeing a annoncé qu’il livrerait des avions pouvant voler avec uniquement du carburant sans pétrole d’ici 2030.

(Source : www.déplacementspros.com)

Nouveau concept d’avion hybride capable de s’auto-dépolluer

Le Massachusetts Institute of Technology a ainsi imaginé un avion non, ou peu, polluant, qui serait capable de capter ses propres émissions (NO2). Pour ce faire, les turbines de gaz vont alimenter un générateur électrique qui va entraîner les hélices. Les gazs émis sont capturés et passent par un filtre situé dans la soute, qui dégrade le NO2 et «nettoie» l’air avant de le relâcher dans l’atmosphère. 

Si ce nouveau prototype ne répond pas à tous les problèmes écologiques dans le secteur de l’aérien, il pourrait toutefois répondre à un objectif de diminution de carbone. Ce concept serait également plus facilement réalisable qu’un avion 100% électrique, notamment pour des vols long-courriers.

(Source : www.tomtravel.com)

En savoir plus : Ecotaxe